Accueil du site > Le Voyage des Rois Faignants > Deuxième escale- 1ère partie

Deuxième escale- 1ère partie

Les Rois au pays des Ch’timis

vendredi 11 juin 2004, par Transe Express, recueilli par Marie Plouviez

Transe Express joue pour la deuxième fois Les Rois Faignants à Béthune le 15 Mai.

- Lundi 10 mai

On chante le BLUZZ

JPEG - 13.5 ko
Sur les quais du port anglais.

David est le plus triste de toute l’équipe de quitter l’Angleterre aussi vite ; il nous fait même un petit hymne à la ville de Brighton et à son parc. Après avoir chargé le bus des costumes et de tous les sacs de la compagnie, nous sommes montés à bord : direction les champs de betteraves du nord de la France et ses terrils...

Un petit convoi se forme à la sortie de la ville avec nos trois semi-remorques et le bus ; un cocotier métallique dépliable, ça ne passe pas inaperçu, même recouvert de sa bache rouge !

Nous quittons le pays après cinq jours passés là-bas. Hier l’équipe technique de l’Arbre a travaillé toute la journée pour que lui-aussi soit prêt à traverser la Manche ; il était temps, notre cocotier a failli attraper froid !

Les deux jours qui suivent le spectacle sont souvent étranges, tout le monde a un peu la tête dans les nuages, des efforts fournis et du trop plein d’émotions que le spectacle procure.

JPEG - 31.6 ko
Réunion-bilan dans le ferry

Dans le ferry, une réunion s’organise ; il faut répertorier toutes les réparations à faire, tout ce qu’il manque et surtout faire un bilan sur ce qui s’est produit Samedi soir. Le journal de bord de la compagnie commence à circuler, les gens rendent compte de leur impressions ; Gilles y écrit :

Lundi 10 Mai 2004 Voilà, ça existe. Cette marmite bouillonnante qui couvait sur le feu en cramant de temps en temps, a enfin accouché ... Trois ans après ! Et sans avoir l’air de se vanter on peut dire que ça l’a fait grave ! Gros sourire sur la gueule de toute l’équipe. Public convaincu, malgré quelques départs du public au milieu du final ; il y a quelques faiblesses à revoir... Mais bon c’est jamais fini poil au Riquiqui. Il y avait 15 000 personnes suivant les organisateurs, 10 000 selon la police, nous dirons donc (et j’ai pu le vérifier en montant sur le char à foin), qu’il y en avait 12 000. C’est bien joué pour un début ! A notre grand étonnement, il y avait plein de monde sur les départs -en pagaille même, comme disent les africains- mais chaque parade a pris son temps au début, trop heureuse de la réelle réponse du public aux propositions de jeu...

- Mardi 11 Mai

Nous sommes très bien accueillis par la ville de Béthune et par toute l’équipe de Culture Commune ; nous avons presque un hôtel entier pour nous tout seuls ; ce n’est plus l’ambiance conviviale des dortoirs à 12 des auberges de jeunesse ! Et nous mangeons dans la salle de réception du golf... Nous sommes accueillis comme des Rois, c’est le cas de le dire ! On ne s’est pas moqué de nous... Certains regrettent presque l’aspect familial du chapiteau et son atmosphère rougeâtre.

Mais bon, les repas sont super bons, toujours accompagnés d’une petite sauce, et arrosés de quelques bouteilles de vin...

JPEG - 13.9 ko
Moments de détente : les repas

La pelouse du golf par contre ne nous déroute pas trop, on a l’impression de retrouver le vert gazon anglais ! A travers la vitre, on regarde les béthunois jouer au golf et on compte les points. Apparemment ça donne envie à certains de la compagnie...

JPEG - 23.3 ko
File d’attente pour le coup d’envoi de la baballe

Pour ceux qui ont un peu de temps libre aujourd’hui, initiation à l’art du golf, encore jamais pratiqué dans le Transe Express... A celui qui enverra la balle le plus loin possible !

L’après-midi, nous découvrons le hangar où vont s’effectuer les répétitions et où seront mises en place les loges. Là, par contre, c’est le dépaysement total ; au fond du hangar, un tas de gravats traîne depuis longtemps apparement, le son résonne, le sol est froid ... C’est l’ancienne régie des bus de Béthune ! Il va falloir amménager l’ endroit car c’est un peu "glauque" ici ; mais pour ça, pas de problème, nous allons décharger les camions et investir l’espace en très peu de temps ; dans deux jours Transe Express aura fait revivre le lieu...

En fin de journée, nous rencontrons les nouveaux volontaires béthunois. Sur cette date, nous n’avons à former que deux parades : celle de Stabilof Padock et celle de NazIIIème. Les volontaires qui ont été formés sur la parade de Mortibus Orgiac à Brighton, vont nous rejoindre en France dans quelques jours.

Bon, je sais ça semble un petit peu complexe cette affaire de volontaires, mais je vous explique : Les Rois Faignants est un spectacle qui se compose de deux parties : Premièrement, il y a le cheminement spectaculaire des parades qui déambulent sur trois itinéraires différents et qui convergent toutes vers la place centrale de la ville où l’Arbre a posé ses racines. Ainsi commence le final céleste, la deuxième partie : celle-là concerne les Rois qui s’accrochent à leur trône pour s’élever dans l’Arbre qui ouvre alors ses branches... Chacune des trois parades est composée de deux chars transportant ces fameux rois venant de trois horizons différents : le nord, l’est et le sud.

A chaque représentation, 90 volontaires sont initiés par des professionnels de la compagnie pour donner vie à la cour des Rois Faignants ; ils composent les petits royaumes ambulants que sont les chars. Chaque roi est ainsi accompagné de tireurs, de bouffons et de porteurs, qui font petit à petit avancer les cortèges.

Durant les deux années qui ont procédé la création du spectacle, les villes co-productrices ont acceuilli les équipes de Transe Express pour un travail de fabrication et d’initiation où étaient mêlés volontaires, encadrants sociaux et les initiateurs de la compagnie. Cette période de gestation a donné naissance à la réalisation des décors, accessoires et costumes, ceux là-même qui seront portés et manipulés par les volontaires de chaque ville acceuillant le spectacle.

De plus, les quatre premières dates de tournée font partie d’un projet culturel européen InteregIII. Les villes de Béthune, Amiens, Sauteville et Brighton ont donc décidé de faire circuler leurs volontaires sur ces quatre dates ; ainsi les volontaires venant de Brighton nous rejoignent à Béthune, ceux de Béthune à Amiens et ainsi de suite... . Par contre après ces dates, à Tongeren, il faudra former à J-4 tous les volontaires des six parades. Donc ça commence doucement et tant mieux !

C’est pour cela qu’il y a deux sortes de volontaires : ceux qui sont déjà formés venant des villes co-productrices du spectacle et qui nous rejoignent à J-1 ; et ceux qu’on rencontre à J-4, qui sont de la ville où Transe Express a posé son campement et qui ne connaissent rien au spectacle. Vous comprenez peut-être mieux maintenant l’énérgie que ça demande .

Mais dans chaque ville, ce sont des nouvelles rencontres pour les formateurs, des nouveaux enfants à initier à l’imaginaire de Transe Express ! C’est l’occasion aussi pour ces amateurs locaux de partager la vie de cette compagnie sur une ou plusieurs dâtes de tournée !

JPEG - 21 ko
Pascaline rencontre les nouveaux volontaires
JPEG - 24.6 ko
Le char de Stabilof Padock

- Mercredi 12 Mai

Ce matin, le plus gros travail concerne le montage de l’Arbre. Vous en connaissez les étapes maintenant ! (cf l’article sur Brighton). La Grand place de Béthune est bien moins grande que Preston Parc, et les manoeuvres pour les camions sont plus délicates mais nous avons de très bons chauffeurs expérimentés qui s’y connaissent !

JPEG - 27.7 ko
Le débranchage
JPEG - 19.3 ko
Jean-Baptiste dans son arbre

La vue en haut du Beffroi permet de mieux percevoir l’ampleur de l’ installation.

JPEG - 22.5 ko
Avant
JPEG - 32.5 ko
Après

Et cette après-midi, certains aériens ont accroché leur agrès dans le hangar pour travailler leur chorégraphie et leur partie solo. Un trapèze, une sphère et une ancre suspendus en l’air, au-dessus des décombres, de la grâce au milieu du délabrement ça crée une drôle d’atmosphère.

JPEG - 24.4 ko
La Reine Olanor et le Prince Hiero Nemo

Mais ça ne dérange pas Lili, la trapéziste qui trouve ce décalage plutôt marrant.

JPEG - 11.8 ko
Lili au trapèze
JPEG - 22.1 ko
Etirements et échauffements

Pendant ce temps là, les ateliers de formation pour les volontaires continuent ; aujourd’hui, ils commencent à travailler sur leur char et ... en costumes !

JPEG - 19.1 ko
Volontaires pour le trempoline

Au bout de la deuxième répétition, ils se sentent déjà beaucoup plus à l’aise ; leur timidité s’est soudainement évaporée. Il faut dire que Jo et Christophe, les deux initiateurs de ce char, les ont tout de suite mis en confiance. Pas de soucis de ce côté là, le contact passe bien à chaque fois !

- Jeudi 13 mai

L’arbre est entièrement monté, bientôt fonctionnel ! Il se dresse majestueusement au milieu de la place, rivalisant avec le Beffroi.

Les Rois vont pouvoir tester leur agrès cette après-midi.

JPEG - 32.4 ko
Lutz et son ancre

Et le soir, la Rhinofanfaryngythe nous offre un petit concert-surprise, à la demande de l’équipe qui fait tout le service et la cuisine ;

JPEG - 11 ko
Ca fanfaronne au milieu des assiettes !

ils le méritent bien car il fournissent un bon boulot : ils se démènent à fond pour que tout le monde soit aux petits soins et ça se sent que c’est fait avec bon coeur !

Site de Transe Express