Accueil du site > Une fiction qui révèle le territoire > [Molène] des Lapins et des îLes

[Molène] des Lapins et des îLes

un projet qui sort de terre

mardi 11 avril 2006, par Manel




MANEL
Notre projet avance. On veut parler de Molène à travers une transposition de la vie des lapins, avec un accent grave rigolot, comme celle de gens qu’on a rencontrés dans cette île. L’avenir des molenais est très loin de ressembler à celui des lapins, est c’est là que le lien se fait : 232 molenais sur l’île, presque 3.000 lapins selon la police, et 5.000 selon les syndicats.

KARINE

Bonne mère de famille le dimanche assiste à la messe et decouvre avec stupeur que le curé parle de la FAI AR.

MP3 - 418.9 ko

"Le groupe de jeunes apprentis des arts de la rue qui sont accueillis depuis quelques jours à la Chimère, par l’intermediaire de l’organisation du Fourneau de Brest, ce groupe de jeunes, nous invite mercredi à faire connaissance en expliquant comment ils apprennent la vie dans les îles"

JULIE
Mme Coquet a reccolté 7 tomes d’histoire, legendes et superstitions de l’île. L’été elle ouvre un musée chez elle avec des costumes et des objets qui rend compte de la vie et des coutumes de l’île, et guide des visites en faisant tout le tour de Molène.

"Alors la sirène, si on va par là, pour moi, c’est les légendes grecques de retour, où l’adultére est transformé en pierre"

JPEG - 18.6 ko
Mme Coquet

CONSTANCE

Extraits de l’histoire du Drummond Castle echoué au large de l’île de Molène.
Si vous voulez en savoir plus, adressez vous au musée du Drummond Castle à Molène, Gerard Caraven vous attend avec plaisir et beaucoup d’humour.

MP3 - 458.1 ko
MP3 - 432.8 ko

BERTRAND
Bertrand Dessane interview Marie Térèse Callac Maire de Molène
Extrait qui parle de "la plus grande fête de l’île", qui a lieu le 15 aout.

MP3 - 1.4 Mo



Un avenir incertain

Je vois Molène comme une île qui, peut-être plus que les autres, vit en osmose avec la mer. Vivre aujourd’hui dans la modernité ne veut pas dire pour ces habitants mettre en cause le passé. Je crois que l’île ne leur appartient pas c’est la mer leur pays. Marcel Masson dans sa lettre de décembre 2000 nous cite un proverbe Massai« Rappeler vous que cette terre est celle que nous a prêtée nos enfants ». Pourtant, je ressens que les enfants, il y en a peu sur l’île (11 en Primaire, 3 au Collège). La population me semble âgée et l’avenir n’est peut-être pas assuré. Beaucoup ont pris le bateau pour ne plus revenir. La mer nourrit la terre, mais la mer n’est peut-être plus si généreuse. La pêche est-elle un véritable revenu pour cette petite l’île ? Je n’ai vu malheureusement que peu de pêcheurs professionnels, qui pourtant travaillent dur.

Avec ces 232 habitants et environ 2000 lapins, qui envahissent même le cimetière Je crois que la crainte est dans la tête de chacun de voir disparaître ce qui fait un peu plus qu’ailleurs vivre un village. Il y a une poste, une école, une épicerie, un tabac, des bars, un petit hôtel, un centre social, un espace multimédia, mais qu’en sera-t-il dans quelques années ?

Tout est beau ici, la nature, le village, le port, il y des gens de bonne volonté, mais je suis triste que peut-être un jour cela n’existera plus. S’il ne reste pas suffisamment d’actif pour faire vivre le village, qui s’occupera des retraités ? Personne ?

Si le passé ne doit pas être occulté, l’immobilisme me parait aussi dangereux. Envisager les vrais problèmes n’est pas si simple. Encore quelques personnes en moins et l’île sera morte. Le tourisme m’apparaît être leur seule porte de sortie. Des hordes « d’étrangers » ou des « carnavals » (comme on dit ici) envahiront-ils l’île ? Est cela l’avenir ? Je ne sais pas. Il me semble que je n’ai pas envie d’un musé de la nature, d’une île : image de carte postale avec des gens repliés sur eux-mêmes.

Il existe beaucoup d’envie de désirs, mais seront-elles acceptés par les Molénais ? .Qui suis-je pour travailler sur un territoire où je ne suis pas né ? Il n’y a qu’un Molénais pour répondre à cette douloureuse question.

L’île aux grandes oreilles, aux mangeurs de racines ?

Bertrand Dessane


LA VISITE
de Luc Sky Walker

Luc Sky Walker se rend à Molène à la recherche de la force interieur. Le coté obscur l’appel mais lui reste à l’Archipel, très beau restaurant de Molène. Luc nous a laissez un message que on garderà toujours dans le coeur :

"May the force be with you"







OBSERVATION DU COMPORTEMENT DES LAPINS

Flash Video - 1.3 Mo

4 Messages de forum

  • [Molène] des Lapins et des îLes Le 11 avril 2006 à 16:48

    Les impossibles de Molène

    A entendre, vous avez la liaison avec le ciel.

    Ne coupez pas.

    Les habitants vous font confiance pour abattre le mur qui coupe l’Est par l’Ouest.

    Ne reste plus que les lapins à convaincre.

    Demain est votre grand départ. Je vous souhaite une bonne nuit sur vos chemins d’étoiles.

    Le plouc de plourin à vous

  • [Molène] des Lapins et des îLes Le 11 avril 2006 à 20:51 , par estelle

    Rabbit City me donne envie d’aller voguer dans mes lieux d’enfances, là où les lapins ont une horloge, où les petites filles sont blondes avec de longues nattes lègères, où des belles dorment au fond des bois, où des jeunes filles croquent dans de belles pommes rouges, où les princes charmants se promènent une chaussure à la main...
    Le port industriel a remplacé les plages sauvages où accostait le capitaine crochet, j’ai juste cru voir pendre, au bout d’une grue, sa main d’acier. Mais ce doit être encore une fabulation de l’esprit...

  • [Molène] des Lapins et des îLes Le 11 avril 2006 à 21:38

    Il est tard !

    Alors les lapins, on creuse. Faites gaffe au flash bouffeur d’images, à l’ogre spip avaleur de mots, au wave engloutisseur de sons.
    A plourin, ça mouline !

    Le plouc de plourin

  • [Molène] des Lapins et des îLes Le 13 avril 2006 à 10:39 , par crespin michel

    J’aime beaucoup la vidéo sur "l’obsevation du comportement des lapins".

    On dirait un anti-jeu ou un jeu vidéo déréglé.

    Vous savez ces jeux où les "objets" rebondissent sur les bords du cadre rectangulaire de l’écran, respectant la loi incontournable de "l’angle de réflexion est égal à l’angle d’incidence".
    Je n’y ai jamais joué, mais je connaîs des forcenés qui s’y sont enfoncés.

    Ici les "objets" sont des mouettes qui refusent de se réfléchir. Elles entrent et sortent, se fondant et disparîssant hors du cadre.

    Elles sont libres !