Accueil du site > Une fiction qui révèle le territoire > [Port De] Restitution

[Port De] Restitution

jeudi 13 avril 2006, par Melina, Yffic

Mercredi 12 avril, 19h26, les invités à la présentation du projet sont tous là : Yffic le passeur, Sophie, Christelle, Philippe, David, Noël et Alain. Raphaël prend la parole avec Estelle pour expliquer la Faiar, le fondamental, les apprentis...

Puis la mise en scène d’un "futur éventuel" projet démarre, ambiance port de pêche et ventre des quais, couleurs vertes ondulantes, reflets du soleil, goëmons...

L’impossible Retour
Port de commerce, Brest, avril 2006

Ce projet se propose d’emmener le public faire un voyage dans les dessous du port, voir , entendre, ce qui d’habitude reste invisible. Partir pour un voyage à l’impossible retour. Un plongeon dans le ventre de la baleine. L’action démarre sur le quai.

Un comédien est présent sur place. Le public à été convoqué à une certaine heure du matin ou de l’après midi. Un comédien les attend au bout du quai. Il invite tous les quarts d’heures dix personnes du public à descendre une échelle pour embarquer dans un petit canot conduit par un acteur. Pendant que le public attend, il raconte et montre c’est quoi pour lui le pied marin. La barque pénètre sous le quai, et s’engouffre lentement dans la cathédrale à fleur d’eau. La barque avance lentement, Le comédien livre à ses cinq passagers un récit. Le récit du passeur (cf texte de Sophie).

De chaque côté du long couloir de pilotis, deux quais sont dressés. Au fur et à mesure de leur avancée sur l’eau, les spectateurs voient se révéler à fleur d’eau des images de visages, insaisissables et furtives, la barque poursuit sont chemin.

Du plafond semblent, descendre pour prendre racine dans les eaux du port, les pieds des grues girafes surplombant le quai. Leur mutation silencieuse en végétaux. Le passeur poursuit son récit. Sur l’un des quais, apparaît un homme vendant à la criée des poulets surgelés. Il harangue une foule invisible, le marché du poulet se casse la gueule, la barque poursuivant son chemin, il disparaît dans l’ombre. Un cabinet de curiosité se dévoile sur l’une des berges, trésors rapportés de voyage à l’autre bout du monde.

Des mots s’écrivent sur les murs. La barque accoste sur un autre quai, dépose ses passagers. Fred est assis sur chaise. Il épluche des légumes. Juste à côté de lui un petit carré de jardin laisse voir une pousse de poisson. Il raconte... La barque vient rechercher les spectateurs, le récit de Sophie reprend...

Un homme se noie sous une montagne d’escargot, le bateau passe.
Sur un autre quai, Pierre (78 ans) , Batiste (17 ans ) et Bacha (12 ans), racontent le lâcher des bombes... Croisement de jeunesse.
Le paysage du dessus du port semble se dessiner dans l’eau, puis il disparaît de nouveau.
Une botte solitaire flotte dans l’eau.
L’océan Liberty coulé depuis plus de soixante ans apparaît sous l’eau puis disparaît.
Le goutte à goutte de l’eau sur les parois du quai s’amplifie.
David monte à bord, il raconte son impossible retour...
Il repart à quai.
Les passagers remontent à l’air libre...
Sont ils vraiment de retour ?

Ce processus sera joué pendant trois heures d’affilé, ce qui signifie une jauge totale de 120 personnes.

Dessous

Retour de Dessous

Tu sais quand tu pars en mer et que tu pèches toute la journée, 24 heures sur 24, la nuit dans ta cabine tu rêves encore des poissons qui te collent à la peau, et dans ton jardin, ça t’arrive de voir encore des saumonettes entre les plants de légumes.

C’est triste, mais je sais pas si c’était ça qu’il fallait dire...
Tu connais la chanson de Renaud ?
Vous me donnez votre adresse, on s’enverra des petites cartes
Et moi je n’ai pas tout dit.
Et puis j’ai pris un coup, le port je pensais pas que c’est aussi large.
Le gamin de douze ans et le graffeur, tu vois...
Pourquoi impossible ? Et pourquoi retour ?
Tu vois le mec il a travaillé toute sa vie et puis voilà...
Moi tu sais t’as pas eu mon interview, je crois que ça aurait changé quelque chose à votre histoire...
Noël reste silencieux. Je vois Bacha traverser furtivement ses yeux.
Et Pierre Lamour, et David, et Fred, et... et...
Ils étaient tous sur l’écran de notre fiction...

Ils étaient quatre à ne plus vouloir remonter.

MP3 - 975.5 ko
David ; Ca m’a fait penser à une chanson de Renaud...

Estelle


Dix jours sur le port de Brest, à inventer, à écouter, à regarder, à découvrir un autre monde. Aller au delà des hangars, des bateaux, des quais et de découvrir seulement un dixième de ce qui est à voir. Est-ce seulement maintenant que le travail commence ? Doit-on encore inventer autre chose pour aller plus loin ?

Mercredi soir arrivent six personnes pour découvrir le projet de création d’Estelle, Raphaël, Pablo et Anthony. Trois personnes qui connaissent le fourneau, qui connaissent les arts de la rue. Et trois personnes de la criée en face du fourneau et qui n’avaient jamais traversé la rue. Ils regardent, ils écoutent, donnent leur avis. La réussite de ce groupe est peut-être tout simplement là, dans ce moment d’émotion.

La création avec la population est quelque chose qui se renouvelle sans cesse, et sa parole doit-être entendue et nous avons les moyens de porter ces paroles. Faisons le pour que le monde réel ne nous échappe pas.

Jérôme


Post-Scriptum : 0n peut arrêter le monde ? J’aimerai descendre...

Ciel gris. Stop. Odeur des fleurs qui coupe la respiration. Stop. On peut arrêter le monde ? Je veux descendre. Stop. Arrêter un instant les visages pour les imprimer sur la peau, habiller notre route de ceux qui sont déjà passés par là. Refaire la route qui a coûté l’exil, inventer le Brest-larissa, qu’est ce que ça pourrait donner ? Sur la route du fromage ou comment un lapin blanc s’est perdu en chemin en cherchant molène.

il y a un lien évident entre la Thessalie (région de Grèce) et la France (région d’Europe) : le fromage. J’ai suivi le fil qui un jour m’as amenée au port de Brest d’où je repartirai avec l’âme d’un marin pour un retour à Ithaque.

Odeur de souffre

Elle : consomme ses dernières allumettes
Elle : regarde la mer et son regard plonge
Elle : fend les vagues se jetant frénétiquement pour rafraîchir sa peau dorée
Il : regarde
Il : pense qu’ils vivrons heureux
Elle : aujourd’hui l’Italie élit son gouvernement
Elle : c’était déjà hier.
Il : alors
Elle : demande à Pablo, il est en ligne
Il : chez vous aussi les murs sont rouges ?
Elle : à l’hôpital, le blanc ça fait plus lumineux tu comprends, la lumière divine, ou quelque chose comme ça.
Elle : je n’ai pas faim,on peut soulever un peu le lit ? j’aimerai redescendre, j’aimerai juste tenir sur mes jambes, oui je sue, je ne sais pas ou me mettre, j’en ai marre, j’aimerai rentrer, c’est l’heure des vitamines ? Non je mangerai après l’oxygène quand ça ira mieux, combien tu m’aimes ! je t’aime doublement j’ai une difficulté respiratoire, on peut faire une cardiographie ?
Je t’aime avec arythmie,
Oxygène sur le monde extérieur.
Ainsi la Grèce continuera de briller sous le soleil des îles.

Mélina

5 Messages de forum

  • [Port De] Restitution Le 13 avril 2006 à 17:15 , par christelle

    Vague à l’âme. Le temps n’est pas à la fête, reflétant ce petit pincement au coeur que l’on ressent lorsque le départ a sonné. Trois coups de corne de brume vont bientôt déchirer l’océan. Vous avez laissé une empreinte sur le [port de ], dans nos mémoires. L’impossible retour. On pensera à vous, à votre voyage ici là et ailleurs, à votre goût des autres, à vos sourires. Et on pourra se demander demain : "a-t-on rêvé ces rencontres sur [sous] les quais ? De quel côté du miroir sommes-nous aujourd’hui ?" Finalement, peu importe. Vous avez posé vos bagages pleins d’images d’ailleurs à Brest, vous les avez partagées et vous avez sublimé les nôtres. C’est pour ça que j’aime ce bout du bout du monde (pour les Bretons, c’est le début de la terre, sacrés marins !), pour la sincérité, la joie des échanges. Et la richesse des expériences vécues par ses habitants et les passants/passeurs, qui se gardent d’en faire étalage. Vous avez ouvert une porte sur nous-même ; sachez qu’on déjà perdu la clé et qu’elle ne pourra se fermer...
    Bon vent à tous !
    Christelle

    • [Port De] Restitution Le 13 avril 2006 à 23:47

      j’ ai reçu un très beau cadeau, une combinaison de docker !
      Merci au port de commerce, merci Christelle et sourtout merci Philippe, j’ ai été très touché, je vais revenir, promis.
      Le port de Brest et son histoire font partie, si vous tous le permettez, maintenant aussi de la mienne !

      Pablo, le calamar rouge

  • [Port De] Restitution Le 14 avril 2006 à 12:49 , par Sophie

    Je viens de relire le carnet de voyage à l’envers...
    De la fin au début, du fil vert au fil bleu...
    « La magie des couleurs s’empare, opère nos cœurs endormis.. »

    Phrase sortie de nulle part et d’ailleurs quelques années avant...
    Phrase énigmatique qui surchauffe les cerveaux
    pour en extraire l’essence...
    Les sens, les sensations s’emmêlent et se dessinent sous un jour nouveau...
    Les songes *
    Les sages..
    Une escale dans un port,
    Un sac posé à terre

    Des projets qu’on arbore...

    Y croire

    La révolution des cœurs est en marche

    A défaut d’écrire des contes, je les vis chaque jour au coin de la rue, au quotidien, au détour d’un chemin...intuition, libération des êtres qui gravitent dans l’espace d’un territoire intimiste, curieux, généreux et mystérieux...

    Flamme du koeur, des rêves, du chaos et du quotidien, on extrait des sons, des senteurs, des sublimations du réel...
    A l’unisson, osmose des messages, des rivages, tous nés d’une même graine...de vie...
    L’amer, la mer
    Irisée...d’images, d’écailles, de lumières
    Arrivée et puis ....Retour à l’humanité toute entière ! cercle sacré, ronde...

    « J’étais sortie du temps, en suspens... le conte avait commencé... »

    Compagnons du hasard,
    de la révolution des cœurs

    On entre dans la ronde...la musique des planètes.

    On se guette, on s’attend, on surprend l’autre

    On se livre un instant dans l’azur du néant

    Le vide et le trop plein de rêves qui éclabousse
    et se répand jusque dans le vivant

    Passeurs de rêves , ça vous va bien ...

    Explorateurs de l’éphémère, aussi...
    à « la vitre de l’eau, à la vitre de l’air »...
    vos mots libèrent des émotions que l’on pêche sur le net...
    l’invisible fenêtre qui nous relie pourtant.

    C’est un jour de fête comme on en veut tout le temps..
    une fête du dehors
    une fête du dedans...
    une fête de la tête...
    merci pour ce partage, merci pour l’aventure...
    c’est un joli bagage pour le futur...
    très léger il se glisse dans la tête
    et se transforme au gré des vents,
    au gré des songes des êtres vivants..

    Au dessus de la terre, de la mer et du ciel ,
    Au dessus du désert ...des montagnes, des quais... le soleil et la lune se parlent tendrement.
    Les hommes cultivent leurs rêves ...les arbres s’en font l’écho ...
    la ville du haut et la ville du bas...
    la ville est propice au voyage dans l’espace-temps du moment....
    On peut lire sur les murs « QU’EST-CE QUE LA VILLE SANS NOUS ? NOUS D’ABORD . AMARS »...

    Vous m’avez apporté du rêve à profusion, bien plus qu’un simple songe, des réponses à mes questions. Je vais poursuivre ce joli chemin .. je nage dans l’éphèmère, l’effet -mer...
    Au plaisir de vous revoir ici ou ailleurs...
    comme Christelle, j’ai un pincement au koeur mais l’ivresse est bien là au chaud dans la mémoire et l’histoire continue...avec ses inconnues, ses attaches et ses ... « futurs potentiels voyages »...
    Bonne route à vous tous... votre générosité a touché nos pores, nos peaux, en surface et en dedans ...
    A bientôt !
    Amicalement.
    Sophie

    • [Port De] Restitution Le 18 avril 2006 à 10:06 , par Estelle

      Merci pour tout ce que vous nous avez donné, pour votre acceuil, votre générosité.
      J’ai tant recu au cours de ces deux semaines. Tant de visages ouverts, de mots...
      Vous avez nourri notre imaginaire et les pages de ce journal. Sans vous, rien n’aurait existé.
      Vous vivez sur une terre, au bord d’une mer, généreuse et belle pour qui sait voir...
      Et ce sont vous les clairevoyants...

      J’ai tant recu, mes mains sont pleines d’or à présent. Il coule entre mes doigts comme une eau et claire et limpide, fraiche, à laquelle il fait bon se désaltérer...

      Merci, tellement merci...

      Et que les Dieux sèment des roses sur votre passage....

      Estelle

  • [Port De] Restitution Le 14 avril 2006 à 13:41 , par arnaud

    j’ai suivi le carnets de voyage de voyage comme une traversée au long court.une traversée de l’ âme d’un lieu et de ses occupants.au plus proche de l’humanité,celle des donneurs,celles des passeurs.une traversée immobile et virtuelle qui pourtant laissera un trace indélébile ;un peu comme si je l’avais physiquement éprouvé.entre les lieux et les personnes se tissent de petits mondes,surtout si lieux et personne sont de passage ;de l’éphémére de leurs rencontres il subsiste toujours une trace qui ne s’éfface pas et flottera sine die pour encore enrichir de la voix des hommes une place,un port qu’ils ont travervé.

    arnaud