Accueil du site > Les têtes de lecture de l’Acte Théâtral > [Plougasnou] Performance : Ça fait bientôt deux semaines que je fais la tête (...)

[Plougasnou] Performance : Ça fait bientôt deux semaines que je fais la tête !

samedi 21 mai 2005, par Hervé Lestideau

Je fais la tête depuis une dizaine de jours. Pourtant ce n’est pas dans mon caractère. On me l’a proposé. C’est une idée du Fourneau : "On cherche des gens pour faire la tête dans la rue... Pas besoin de compétences particulières, vous serez formés par des pros de l’Acte Théâtral. Il faut juste savoir lire. Ah ben, si faire la tête, c’est un acte théâtral...

Moi, j’avais jamais fait la tête avant (si, c’est vrai).
Mais, je ne sais pas... je me sentais comme des prédispositions. Alors j’ai signé pour un week-end d’entraînement à Brest et un autre de mise en pratique à Plougasnou. Aller faire la tête à Plougasnou, c’est bien une idée du Fourneau, ça. Avec tous les bus qu’il y a à Brest...

Bon, pour faire la tête, j’ai fait la tête !

Ça a commencé un vendredi par une soirée crêpes... "crêpes de lecture". On était une douzaine. Premier contact au Fourneau avec Vincent et Stéphane, de l’Acte Théâtral, qui nous ont raconté l’étrange histoire du Sonomographe, et puis, soirée lecture avec des têtes de la compagnie et de vieilles têtes du Vieux Condé, et final en chansons.
’Y avait pas trop de quoi faire la tête...

Ce week-end-là, on n’est pas beaucoup sorti du Fourneau. Pourtant il faisait beau, je crois. On a découvert nos textes : mise en bouche, mise en voix, mise en jeu... On a joué, on a lu. Et on a bien mangé aussi (mais pas de mousse au chocolat). Et on a eu un peu de mal a se quitter, déjà. Heureusement c’était un beau dimanche, rue de Saint-Malo.
’Y avait pas trop de quoi faire la tête...

Ensuite, pendant trois jours, chacun a travaillé de son côté. Lire au bistro (à Brest, il n’y a pas de métro), lire au boulot, lire au dodo... Lire pour s’en mettre plein la tête, de ces textes, et s’habituer à les habiter. Lire, délire, relire, mais puisqu’on aime ça...
’Y avait pas trop de quoi faire la tête...

Et puis, jeudi soir, en route vers Plougasnou ! Une petite heure de trajet avant de découvrir enfin devant l’église l’extraordinaire machine : le fameux Sonomographe des frères Thivencelle ! On nous a harnachés en commandos parachutistes. On nous a brieffés comme avant un débarquement. On nous a habillés comme... ? Pas en uniforme en tout cas ! Et puis on nous a enchaînés et hissés comme en place de Grève.
C’est là qu’on s’est rendu compte qu’on allait vraiment faire la tête !

C’est vendredi soir qu’on devait s’y mettre. "Fillage public", qu’ils disaient, avec l’accent picard. (En gros, ça veut dire qu’on répète devant les gens du village.) Seulement, ça faisait bien trois jours consécutifs qu’il n’avait pas plu sur Plougasnou, et ça, c’est pas bon.
Le filage tomba donc à l’eau (à moins que ça ne soit le contraire) et ce soir-là, frustré de n’avoir pas fait la tête, tout le monde faisait un peu la gueule...

Nous brûlâmes donc un cierge à Saint Gasnou et priâmes qu’il lui plût qu’il ne plût plus. Et miracle : ex-saucés du vendredi, samedi nous étions exaucés ! [1]
Sous le beau soleil de Plougasnou, ’y avait vraiment pas de quoi faire la tête !

Eh ben, on l’a fait quand même. De 14h03 à 23h17, on a même fait que ça. (Et manger des sucreries.) Et à 17h17, 19h12 et 22h03, on est même allé le faire devant tout le monde. Pas évident, la première fois, d’aller faire la tête, suspendu à 3 mètres de haut avec des centaines d’oreilles qui vous regardent...
Et puis, on y prend vite goût ! On se laisse griser et on prend son pied. On se donne. On fait vraiment bien la tête ! [2] Et très vite, on regrette que ce soit déjà fini.
Mais on est vraiment content, et même pas peu fier, d’être une authentique tête de lecture !

Alors, si un jour on se croise, et que vous avez l’impression que je fais la tête... et bien ce sera sans doute vrai : j’adore ça ! [3]

Notes

[1] Oui, je sais, celui-là il est franchement mauvais.

[2] Même si, d’après quelques spécialistes, il peut arriver qu’on salope un peu la chorale.

[3] Merci à Vincent, à toute la compagnie "L’Acte Théâtral" et à l’équipe du Fourneau pour m’avoir révélé cette facette insoupçonnée de mon caractère !

8 Messages de forum

  • Moi aussi j’ai adoré ça, faire la tête ! C’est presque comme faire la fête à une lettre près... Salut copain, moi c’est Joséphine Du Harnais, la tête avec l’accent de Marseille... Les autres, dans le sud ils ne comprennent rien quand je leur parlent du sonomographe alors il faut tout le temps que je leur montre des photos et là ils font : "Ah ! Oh ! Lala... C’est haut !" , c’est marrant...
    Au fait je passe un petit coucou spécial à ma copine Zoé... T’as trouvé un époux ?

  • Moi, ça fait maintenant un mois que j’ai vraiment appris à faire la tête !
    J’ai mis du temps à trouver le forum, c’est normal, la vitesse de mon disque n’est pas géniale. Pourtant ça m’est arrivé plus d’une fois de lire trop rapidement, mais depuis que j’ai compris comment lire moins vite, j’m’arrete plus ! Même que mes parents n’ont plus besoin de me faire répéter...

    Brèves de stupidités - “n’est stupide que la stupidité” - je suis venue pour m’exprimer par rapport à cette expérience solo-mono-Sonomographiquement unique :
    fabuleux, extra-ordinaire, un truc fou qui te fais lire, et rire, et ce contact avec le public, à la fois proche et distant, qui va croissant au fil des représentations, et à la fin on explose de joie, d’extase, de plaisir, de quoi créer une chorale délirante plus ou moins à point.
    Faire plaisir au public, aux petits et grands, voir ces sourires qui se dessinent sur leurs lèvres, liés au regard qui sourit lui aussi, c’est aussi se faire plaisir à soi ! Et le partager avec les autres têtes et ceux qui nous ont trouvés dans les greniers... Tout au long de ces quelques journées inoubliables, et même cette nuit qui n’en finissait plus !
    Et se quitter au petit jour ? Chose difficile, vous dirais-je ! Surtout avec cette odeur de croissants chauds... (à propos, ce soir, je mange de la mousse au chocolat ;)

    En parlant de se quitter, je vais devoir vous laisser, mais avant, je vais tenter d’être brève...
    Je voudrais remercier le Fourneau, toute la troupe de l’Acte Théatral, tous ceux qui se sont approchés de près ou de loin au projet, les autres têtes, ma binôme, Thierry toujours présent pour m’aider dans mes déplacement, mes parents, mes amis, les sponsors, toi public...

    Et un merci particulier à Marie-Ange, sans qui toute cette aventure n’aurait pas été possible (tu m’as fait découvrir le Fourneau, et m’as proposé d’aller à la soirée d’ouverture de la saison 2005, jour où j’ai entendu l’annonce pour participer), mais aussi à Mélo, tu m’as fait découvrir mon goût pour la lecture, à Paul, tu m’as encouragée à faire du théâtre (et aussi Hélène, parce que c’est avec toi qu’on s’était décidées à se renseigner sur les activités de théâtre au lycée) il y a maintenant plus de 2 ans, aux ani-meuteurs des clubs de théâtre du lycée Beaumont de Redon (35), aux organisateurs des Printemps Théâtraux, à mes copains acteurs préférés de la classe de première (Pol, Lulu, Marie, Sylvette), et Serge Valetti (ça s’écrit comme ça ?) pour ses textes hilarants...

    Pour terminer, j’espère vous revoir tous aux Tombées de la nuit, et qu’il y aura un jour une grande fête pour réunir toutes les têtes qui sont déjà montées dans la machine...

    Chérine ( Tête de champi(gn)on(ne))

    • > Tombées de la nuit Le 7 juin 2005 à 23:23 , par Tête de lecture n° 0029-RV

      Et oui, Tombées de la nuit ? J’en ai entendu plusieurs dire qu’ils y seraient, ou qu’ils aimeraient y être... Je ne sais pas encore moi-même si je pourrai prendre un jour de congé, mais je vais essayer. On tente de remplir une ou deux voitures de brestois ?

      Faut bien qu’on aille chercher les affiches qu’Ollivier nous a promises, non ?

      • > Tombées de la nuit Le 9 juin 2005 à 17:45 , par ché

        Je ne serai pas à Brest, mais j’irai quand même à Rennes. On choisit mercredi ou jeudi ? Il y a aussi plusieurs représantations par jour. Demain soir il y a un spectacle au Fourneau à 19h12, je vais essayer d’y aller. En même temps je pourrai récupérer une affiche pour moi. Nananère. Peut-être à demain.
        Chérine

        • > Tombées de la nuit Le 20 juin 2005 à 00:09 , par tête de lecture n°0029-RV

          Pour ça, j’ai bien peur qu’il faille attendre Rennes... ou aller les chercher à Compiègne !

          • > Tombées de la nuit Le 13 juillet 2005 à 00:19 , par chérine

            ben, tu sais pas, ils en avait pas des affiches.
            dois-je t’en révéler la raison ? résumons par l’idée que quelqu’un a oublié de les emporter à rennes... c’est bete.
            du coup j’ai envoyé un mail a vincent pour savoir si on pouvait en commander par internet...

            devine ou j’habite l’année prochaine : Lille !
            un peu plus et je suis partie pour les quatre coins de la France :)

            a plus
            ché

  • >Les Têtes de Lectures à Viva-Cité Le 21 juin 2005 à 10:14 , par Bernadette

    Eh ! ça y est

    Les Têtes de Lecture seront réactivées à Sotteville-lés-Rouen Vendredi soir...

    Pour en savoir plus, allez jeter un oeil par ici :

  • > [Plougasnou] Témoignage d’une tête de lecture bretonne Le 29 juin 2005 à 16:09 , par Catherine QUERROU

    Vincent,
    C’est un petit texte que j’ai écrit après notre rencontre. Je viens de recevoir aujourd’hui un mail de Hervé conviant tout le groupe à un soirée pique-nique + lecture. L’aventure continue... Bonne chance à vous lors de vos prochaines représentations. Continuez à faire preuve d’indulgence avec vos têtes de lecture !

    C’est une idée qui aurait, à première vue, pu paraître un peu farfelue mais qui a permis à un groupe de débutants de partager une passion et un moment de création avec une compagnie de théâtre. Voici l’histoire de 12 novices qui, un jour, avaient décidé de tenter l’aventure « Têtes de lecture ». Le challenge de nos 2 « boss » Vincent et Stéphane : créer une cohésion avec ces 12 inconnus issus d’horizons différents tout en respectant la personnalité de chacun. Ce n’était pas gagné ! Mais néanmoins tous, nous avions le même objectif : défier les lois de la pesanteur (en toute sécurité bien sûr !), jouer avec les mots pour notre plaisir et celui des spectateurs qui seraient connectés à cette drôle d’invention qu’est le « Sonomographe ».

    Pour moi, tête de lecture retrouvée par hasard dans les caves de la mairie de Morlaix , ce qui m’a été le plus difficile, c’est de laisser au placard mon côté conventionnel et d’apprendre à me lâcher sans m’interroger sur le regard des autres. Au fur et à mesure de l’avancée du stage, chacun trouve une place dans le groupe, aidé entre autre par les exercices théâtraux. Je retiendrais avec une émotion plus particulière, cet exercice qui consistait à déambuler dans la rue en lisant nos textes à haute voix, contournant les passants, qui tous nous regardaient en nous prenant pour des martiens ! Ne pas provoquer, mais juste déranger les habitudes, c’est une forme de jouissance. La chose la plus nouvelle a été de constater que c’est le corps qui finit par parler ! Alors, libre à chacun d’entre nous d’interpréter les textes qui nous sont confiés avec notre propre sensibilité. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise interprétation, il y a juste la nôtre…

    Le jour de la représentation, nous sommes tous pris par le tract mais nous nous soutenons moralement, la complicité est née. C’est vraiment super, une fois la trouille un peu dominée, de se laisser aller au plaisir du spectacle. Nous sommes tous fiers d’être aller jusqu’au bout !

    Merci à toute l’équipe, des acteurs au techniciens sans oublier nos charmantes costumières, c’était vraiment une aventure géniale. J’espère que nous nous retrouverons dans un autre rêve.

    Catherine Querrou