Accueil du site > Une fiction qui révèle le territoire

Une fiction qui révèle le territoire

Dernier ajout : 18 janvier 2009.

La FAIAR - Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue - est la première formation supérieure itinérante en France et en Europe dédiée à la création en espace public. Du 3 au 14 avril 2006, Le Fourneau en accueille la première promotion pour un fondamental baptisé "Territoire et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication".

Après 2 jours au Lieu de fabrique brestois, les 15 apprentis se répartissent en 3 lieux : le Port de commerce de Brest, la commune de Plourin et l’Ile Molène. En complicité avec le Cercle de La Litote, ils y travaillent "une fiction qui révèle le territoire" et livrent "chaque soir au monde entier" une page de leur journal de bord... Retour prévu au port le jeudi 13 avril, à 19h12 ! Commencez par lire le projet...

Articles de cette rubrique

  • [Port De] Sotto il fondo

    11 avril 2006, par anthony

    mardi 11... 9h30 Ambiance brumeuse ce matin pour ceux qui taquinaient jusqu’à très tard hier soir, les touches du clavier... Savoir ménager son temps, reposer l’esprit des histoires effleurées pour ne pas trop les contenir. C’est une équipe généreuse... et quand Yffic frappe à la porte c’est toujours pour nous glisser un élément étrange pour notre puzzle d’histoires... « Vous savez ce que ça veut dire Brest ? Ben... aucun historien n’a jamais vraiment pu le dire ! » Il nous explique que Brest fut la ville (...)

  • [Plourin] flashage du territoire

    11 avril 2006, par julien

    Flashage d’un territoire Empreintes de notre passage sur le lieu. Traces d’un territoire en format Jpeg. Quelques moments d’intimité retranscrit en 64 kilobits. Trifouillage d’histoire d’hommes - qui ont vécus, qui sont encore en vie - devant la dalle de nos ordinateurs. Depuis 6 jours nous réinventons des fantômes. Et à nous voir ainsi pencher sur nos écrans c’est à se demander si nous ne sommes pas nous-mêmes en train de disparaître un peu plus profondément dans l’architecture insaisissable de nos (...)

  • [Molène] des Lapins et des îLes

    11 avril 2006, par Manel

    Notre projet avance. On veut parler de Molène à travers une transposition de la vie des lapins, avec un accent grave rigolot, comme celle de gens qu’on a rencontrés dans cette île. L’avenir des molenais est très loin de ressembler à celui des lapins, est c’est là que le lien se fait : 232 molenais sur l’île, presque 3.000 lapins selon la police, et 5.000 selon les syndicats.

  • [Port de] L’impossible retour

    10 avril 2006, par Raphaël

    Tu t’appelles comment ? Bacha Ca fait longtemps, Bacha, que t’es à Brest ? Ben, trois ans et demi Et avant, t’étais où ? Ben, dans mon pays C’était où, exactement, qu’t’habitais ? Ben, où est la Russie Et tu as quel âge ? Ben, douze ans Et t’es retourné là-bas, depuis que t’es à Brest ? Non ça change beaucoup, de venir ici ? Ben, bien sûr. En fait, y’a la langue qui change, d’abord. C’est pas la même langue. C’est pas la même ville. Et c’est pas la même habitude, comme y’a en France (...)

  • [Plourin] La question de s’il va pleuvoir

    10 avril 2006, par Cécile

    Si on fait juste un projet, il peut être... Puisqu’on offre ce projet, il doit être... Environ 1000 mots, 100 images, 10 heures de son pour 1 projet... On est 5 + 1 + 1 et y a 2 jours. 1000+100+10+5+1+1+2 = 1 projet de fictions Cette fois, on ne se pose pas la question de s’il va pleuvoir, quoique... Penser présentation... Nième boîte pliée au chronomètre. Tentative d’y glisser du consistant et de l’ouverture. Est-ce que demander à quelqu’un de raconter ce que lui évoque un petit caillou, c’est (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20